Location meublée : la simplicité du régime micro-BIC

0

La location est une activité très dynamique et très lucrative. Le nombre de locataires croît de plus en plus sur le marché de l’immobilier. Pour maximiser leurs revenus locatifs, les propriétaires de biens immobiliers adhèrent au régime micro-BIC avec le statut LMNP. Ceci leur permet de bénéficier de plus d’avantages dans leurs activités locatives. Quels sont les critères déterminants pour la souscription au régime micro BIC. Cet article vous donne les conseils qui peuvent vous permettre d’être éligible au régime micro-BIC. 

Comment souscrire au régime micro-BIC ?

Le régime micro-BIC est accessible à tout loueur en meublé dont les revenus tirés de la location ne dépassent pas 33200 euros par an. Il constitue une option crédible et très avantageuse pour vos locations meublées. Pour bénéficier d’une meilleure fiscalité, vous pouvez opter pour le régime micro-BIC avec le statut LMNP. Les propriétaires de biens immobiliers en meublé qui exercent une activité locative doivent s’acquitter de l’impôt sur les revenus. Celui-ci concerne les 50% du chiffre d’affaires de la location et il ne peut être inférieur à 305 euros. Ces règlements ne s’appliquent pas à tous les loueurs en meublé. Ceux dont les revenus locatifs tournent autour de 14400 euros par an versent les 30% de leur chiffre d’affaires à l’impôt. Un prélèvement social de 15,5% est aussi imposé aux adhérents du régime micro BIC et qui évoluent dans la location meublée.   

Les avantages du régime micro-BIC 

Les revenus issus de la location font partie des bénéfices industriels et commerciaux. Ils sont soumis à l’impôt sur les revenus. Pour la location de vos biens immobiliers classés « meublé de tourisme », vous avez le loisir de souscrire au régime micro-BIC. Il vous permettra de bénéficier d’une fiscalité moins coûteuse et plus avantageuse. En effet, le régime micro-BIC donne aux propriétaires qui tirent une partie de leurs revenus de la location meublée d’être imposés à hauteur de 29% au lieu de 50%. Ce qui constitue un réel avantage. 

Néanmoins, les revenus provenant de leurs activités locatives ne doivent pas excéder 82200 euros. En outre, ces derniers doivent obligatoirement déclarer l’état de leur comptabilité. Ils doivent aussi disposer d’un livret dans lequel sont consignés tous les achats et les recettes réalisés par les hôtels et les logements en meublé qui accueillent des locataires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here