Connaître les différents types de joints existants

0

Pour assurer la solidité de l’ouvrage dans l’univers du BTP et de l’immobilier, plusieurs éléments sont indispensables. Les joints en font partie du fait de leur forte capacité d’absorption des mouvements d’un bâti. Ils sont disponibles en divers types. Ci-après les plus courants.

Joints de construction

La réalisation de ces joints se fait quand il y a arrêt prolongé du bétonnage. En fonction de la taille de la dalle et de son usage prochain, il pourrait y avoir insertion de goujons. Il s’agit en effet d’un moyen idéal de transmission des charges. Les barres d’acier que sont les goujons ouvrent à une reprise des efforts de cisaillement sans qu’il y ait restrictions des mouvements horizontaux.

Joints de dilatation

On utilise le joint de dilatation pour assurer l’indépendance en mouvements de chacune des deux parties d’un bâti. Comme son nom l’indique, ce joint donne la possibilité de baisser les effets de dilatations quand il y a une montée importante de chaleurs et ceux de retrait quand la température est trop basse.

Joints de rupture

Ce type de joint a pour vocation de diviser les fondations et de mettre ces dernières à l’abri des risques en rapport avec les tassements différentiels. Il faut en effet savoir que ces risques sont bien réels quand le bâti est formé de structures n’ayant pas le même poids. C’est aussi le cas lorsqu’une construction est située à proximité d’une autre.

Joints de retrait

Ces joints contribuent à l’aisance du retrait du béton tout en s’occupant aussi de la position et des conséquences de possibles fissurations. Leur réalisation se fait à la scie mécanique entre les joints de dilatation conformément aux dispositions du DTU 26.2. Leur profondeur va du quart au tiers de l’épaisseur du dallage.

Quel que soit le type de joint à acheter, il est toujours nécessaire de bien s’informer auprès d’un spécialiste. Cela permet d’éviter les éventuelles déconvenues.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here